Manger l’arbre

Manger l’arbre sur le fil
la trace sur la fenêtre du téléphone
à l’entre fibre pulsation de l’infini trou
les azurs rayés de fusées approximatives
le pestacle de l’apogée de l’Homme

Mentir l’avenir pour les krills
je te monterai dans le coin coin du profit
aléatoire

Ménager ses orphées obturent
le bruit du sang qui roucoule
manger le fil qui broient du noir
quand le blanc lave sa mémoire encore

Petit hyper petit monde des humains
raconte ton histoire rouge comme le chien de l’instant
je te dirai que les mondes éclairés qui se ressemblent
c’est rien pour de son

Dévorer la vie qui virevolte
sans croire ce qui interne vibre
cher camarade planétaire c’est oui la fin
qui doit finir

Manger l’arbre qui s’enfuie
à la marge de l’être aphone
à l’antre libre salvation de la sous intrication
les raies de soute de l’orée sensitive
le tacle clé de la poche de l’âme

crée le venant dérouler le fil
je te montrerai le foin du répit

quelle histoire…

verbre Écrit par :

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.