si le temps et l’âme

si le temps et l’âme
le tant et l’homme
l’âme de l’homme à temps
entend l’alarme
arme et s’ébroue
se réfugie sans fuir
entend la lame
et le brame qui s’étoile
l’interstice et la trame du chant des oiseaux
l’absence du bruit alentour
et le passage de l’arborescence florale

si le tamis d’antan
le tam tam chlorophylle
le mat à l’envers ni droit ni penché
de l’homme sourd à genoux
élite énarque à l’avenant
l’homme rien
trame la femme et l’élan
car la vue qui s’étiole
à rebours
le mur du silence
le déroute

si l’homme se détraque
et traque son absence
forme son désastre
à prétendre nourrir la nature au biberon
aseptise le néant
les fruits persévérant
si le temps et l’âme
la vacuité et l’entropie
résistent

si la donne est perdue
des ancêtres sacrifiés
à l’aune des paupières closes
des rêves persistants
si l’âme s’émeut à temps
il meurt de soi
effacé à l’endroit exact

si le temps et l’âme
vibrent l’espace cru
l’homme en tant que croyance
poussière qui se réalise
entend la larme
et pleure à ses heures conventionnées
en violant une planète
ou une autre

là l’âme
le temps
l’espace
le nous je le
révoque
invoque

même si le temps et l’âme
persistent

l’homme a perdu son temps

verbre Écrit par :

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *