Sijavaissu

si j’avais su
la courbe des arbres contre la nuit en hiver quand le froid limpide harangue la lune

si j’avais su
le corps qui s’amenuise lorsqu’il ne peut plus grimper les murs aux alentours des villes monstres concrétions du métabolisme à crédit

si j’avais su
le temps conventionnel putréfaction de l’instant

si j’avais su
pourquoi le silence sacré crache toutes les bêtes qui se meuvent en gestes inouïs

si j’avais su
que ce monde n’est pas le mien dès l’origine quand scintille juste l’absence entière

si j’avais su
en dormant nu que l’acte réside dans l’écho de l’être qui s’accepte provisoire

si j’avais su
caresser les corps comme la surface approximative d’un astre immatériel et magique

si j’avais su
mourir chaque nuit et renaître avec étonnement aux aurores arrivées sans raisons

si j’avais su
l’odeur exacte de la terre à chaque saison et sa vibration cosmique

verbre Écrit par :

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *