Entre nous

entre nous
quand le ciel te dira qu’il souffle
et l’azur mitigé sera cette bête

entendras-tu les anges qui se révoltent ?

entre vous
quand le temps sera érodé
que l’âme émue rebroussera chemin

verrons-nous le jour étreindre les nuits encore ?

les traces de photons paquets de chenilles
le boum boum des pas qui malaxent la Terre

entre soi
la lumière intrinsèque et le son des vents
l’immense néant qui enrobe l’être

quand le temps éperdu cherche un sens

un arbre savant se délite dans l’espoir humain du rebours

entre nous
quand l’énergie profonde affleure et irradie
les phonèmes des animaux accourant pour dire ce qui doit
que l’image d’un instant embrasse la mort

sentiras-tu seulement la vibration tribale d’une fourmi ?

 

je bouge et gerbe l’horizon de l’interstice là qui se déclare humain et balafre le monde

verbre Écrit par :

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.